Les Cubains et le bitcoin,Réplique aux sanctions américaines

Les Cubains et le bitcoin,Réplique aux sanctions américaines

LA HAVANE, 5 mai Suite aux sanctions américaines, plus de Cubains utilisent actuellement le bitcoin (BTC) ainsi que d’autres cryptomonnaies en guise de riposte. Ils sont estimés à 100 000 résidents et continuent encore d’augmenter. L’adoption des cryptomonnaies est favorisée par l’accès des Cubains à l’internet mobile, il y a 3 ans.

Naissance des besoins des Cubains pour le bitcoin (BTC)

Les Cubains sont frappés par de lourdes sanctions américaines. Ils ne peuvent pas utiliser les normes monétaires internationales. La majorité d’entre eux ne peuvent pas utiliser leurs cartes de débit ou de crédit valables sur le plan international.

Il s’agit par exemple de Mastercard, Visa, PayPal, Zelle ou Revolut. L’utilisation de ces différentes formes de débit ou de crédit acceptées au niveau international leur est interdite. En effet, les sanctions qui leur sont infligées leur interdisent ces services.
Plusieurs institutions comme Deutsche Bank et JP Morgan ont été frappées de plusieurs millions de dollars d’amendes. Elles ont été sanctionnées, car elles ont encore fourni des services aux Cubains.

Attitude des cubains face aux cryptomonnaies

Pour faire face aux sanctions imposées à Cuba, le pays adopte le bitcoin et d’autres cryptomonnaies. Par conséquent, les Cubains, comme certains propriétaires de café, acceptent les paiements en ether et en bitcoin. L’utilisation des cryptomonnaies découle de la nécessité d’une monnaie souveraine.

Actuellement, ils sont au nombre d’environ 100 000 commerces à les utiliser. L’une des raisons de cette recrudescence est l’introduction de l’accès à l’internet mobile depuis trois ans.

Certains résidents ont facilement adopté le bitcoin et les autres cryptomonnaies parce qu’ils croient en leur philosophie. Ils font référence au fait que l’argent devrait être souverain.

En d’autres termes, l’argent devrait appartenir à ceux qui l’ont gagné et il ne devrait pas se dévaluer intentionnellement au fil du temps. Ces idéaux se sont confrontés à la fois au gouvernement cubain et aux sanctions internationales infligées à Cuba.

Les institutions cubaines et le bitcoin

En conséquence de ces sanctions, tout paiement devient un problème même si le gouvernement cubain dispose des fonds suffisants pour tout achat. De ce fait, la banque centrale doit délivrer une licence afin de pouvoir effectuer des paiements.

Suivant le rapport de Reuters, le 27 avril, Cuba approuvait les fournisseurs de services de cryptomonnaies. Ce, en attendant la réception d’une licence de la banque centrale. Cette dernière pourrait créer un cadre juridique favorable aux cryptomonnaies, selon les explications d’un économiste cubain. En effet, elle a décidé que cela apporterait des avantages au pays.

Toutefois, une transaction cryptographique contourne à la fois les sanctions et la législation contre le blanchiment d’argent. Le projet de loi de la banque centrale n’est pas explicite quant à la manière dont le gouvernement cubain pourrait imposer les taxes sur les activités d’actifs virtuels.

Source