Cuba se connecte à la 4G : une bonne nouvelle pour le tourisme

LA HAVANE, 9 Mars  De ses façades colorées, délabrées par l’air marin et ses vieilles Cadillac des années 50, La Havane garde tout le charme d’une ville figée dans le passé.

Une image rétro parfaite pour Instagram diront certains. Dommage pour les influenceur.se.s souhaitant partager leurs vacances à Cuba, le pays est l’un de ceux où le réseau internet est le plus limité au monde, avec 5,3 millions de lignes recensées pour 11,2 millions d’habitants.

La majorité des Cubains n’ont pas internet à la maison. A un dollar de l’heure pour un salaire mensuel moyen d’environ 30 dollars, la connexion est bien trop chère. Pour les touristes en quête d’un semblant de réseau, l’île compte 1.200 zones wifi et 670 salles de navigation où il est possible de se connecter au même tarif.

A ce prix là, les vacances au sein de l’archipel caribéen peuvent s’apparenter à un séjour “digital detox” forcé. En 2014, lors d’une visite de l’île, Eric Schmidt, alors président de Google, observait que le web y était “coincé dans les années 1990”.

Un réseau 3G presque saturé

Depuis, le pays qui a accueilli plus de 4 millions de touristes en 2017, s’ouvre peu à peu au monde. Conséquence directe d’années de fermeture au libéralisme et au capitalisme, cette restriction dans l’usage des nouvelles technologies et dans l’accès à l’information semble toucher à sa fin. En décembre dernier, l’entreprise publique des télécommunications Etecsa a autorisé l’accès à internet sur mobile dans le pays.

Depuis, la compagnie publique a annoncé que ce service de téléphonie mobile serait désormais amélioré, passant d’un réseau 3G à 4G. Effective depuis trois mois, la 3G est en fait déjà saturée. Selon Etecsa, « 7% des usagers (de la 3G) représentent 52% du trafic« .

Le service quatrième génération devrait être installé sous forme expérimentale dans le nord de La Havane pour « 10.000 usagers qui sont de gros consommateurs d’internet« , avant d’être étendu progressivement à l’ensemble du pays, a annoncé à la télévision le directeur d’Etecsa, Eliecer Samada, jeudi 6 mars. Une nouvelle qui devrait ravir les futurs touristes de l’archipel.