Washington expulse deux diplomates cubains auprès de l'ONU

LA HAVANE, 20 sept. (AFP) Les États-Unis ont ordonné jeudi l’expulsion de deux diplomates cubains auprès de l’ONU accusés “d’activités qui portent atteinte à la sécurité nationale américaine”.

La Havane dénonce une décision “injustifiée”.

La tension ne retombe pas entre La Havane et Washington. “Nous avons demandé de quitter les États-Unis à deux membres de la mission de Cuba à l’ONU qui étaient engagés dans des activités qui portent atteinte à la sécurité nationale américaine”, a déclaré jeudi 19 septembre sur Twitter la porte-parole du département d’État américain, Morgan Ortagus.

After 2 members of Cuba’s UN mission engaged in activities harmful to U.S. national security, we asked them to leave the U.S. Members of Cuba’s UN mission are also restricted to stay in Manhattan. We take any & all attempts against the National Security of the U.S. seriously.

En outre, “les déplacements à l’intérieur des États-Unis de tous les membres de la mission permanente de Cuba auprès des Nations unies seront dorénavant limités essentiellement à l’île de Manhattan”, la partie de New York où se trouve le siège de l’organisation, a-t-elle prévenu. “Nous prenons au sérieux toutes les tentatives de porter atteinte à la sécurité nationale des États-Unis”, a-t-elle ajouté.

Une décision “injustifiée”

Le gouvernement cubain a aussitôt dénoncé une décision “injustifiée”. “C’est une vulgaire calomnie de les accuser d’avoir commis des actes incompatibles avec leur statut diplomatique”, a déclaré sur Twitter le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez. Il a accusé Washington de vouloir “provoquer une escalade diplomatique jusqu’à la fermeture des ambassades respectives, le renforcement de l’embargo et des tensions entre les deux pays”.

Rechazo categóricamente injustificada expulsión de 2 funcionarios de la Misión Permanente de #Cuba en #ONU y endurecimiento de restricción de movimiento a los diplomáticos y familias. Es vulgar calumnia la imputación de que realizaron actos incompatibles con status diplomático.

De son côté, l’ONU a indiqué avoir pris note de l’annonce américaine. “Nous suivrons de près cette affaire et nous nous rapprocherons, de manière appropriée, des gouvernements concernés”, a précisé Stéphane Dujarric, le porte-parole du secrétaire général des Nations unies.

L’administration Trump a tourné le dos à la politique de rapprochement avec Cuba entreprise par son prédécesseur Barack Obama. Les États-Unis ont multiplié les sanctions économiques pour durcir leur embargo en vigueur depuis 1962.