Raúl Castro tire sa révérence et laisse la place à la nouvelle génération

LA HAVANE, 2 Avril (AFP)    La majorité de ceux qui entreront mi-avril au bureau politique du parti communiste de Cuba n’ont pas la légitimité historique d’avoir fait la révolution de 1959,

mais auront pour mission de poursuivre la voie des frères Castro.

Lors du 8e congrès du parti unique, du 16 au 19 avril, 17 hommes et femmes formeront ce nouveau bureau politique, coeur du pouvoir cubain.

Outre le premier secrétaire Raul Castro, 89 ans, qui laissera son siège au président Miguel Diaz-Canel, deux autres historiques de la Révolution devraient partir en retraite: José Ramon Machado Ventura, 90 ans, numéro deux du parti, et le commandant Ramiro Valdés, 88 ans.

Trois autres, qui étaient adolescents en 1959, sont eux aussi sur le départ: les généraux Leopoldo Cintra Frias, 79 ans, Ramon Espinosa, 83 ans, et Alvaro Lopez Miera, 77 ans, qui sont respectivement ministre, vice-ministre et chef d’État major des forces armées.

Le bureau politique est censé représenter les plus importants postes et secteurs de la société… mais aussi refléter la conjoncture dans le pays.

L’entrée du général Lazaro Alvarez Casas, 57 ans, récemment nommé ministre de l’Intérieur, est donc attendue, après plusieurs mouvements de protestation dans la population ces derniers mois.

Et l’arrivée du Premier ministre Manuel Marrero, 57 ans, semble logique dans un contexte de forte crise économique et de réformes pour accélérer l’ouverture au privé.

Tout comme celle du vice-Premier ministre et ministre de l’Economie Alejandro Gil, 60 ans, de quoi limiter l’autorité de Marino Murillo, 60 ans, l’actuel «tsar des réformes» très critiqué par la population.

Devraient rester, en raison de leurs responsabilités, le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez, 63 ans, le chef du Parlement Esteban Lazo, 76 ans, le secrétaire du syndicat unique Centrale des travailleurs Ulises Guilarte, 56 ans, la secrétaire de la Fédération des femmes Teresa Amarelle, 56 ans, et le vice-Premier ministre Roberto Morales, 53 ans.

Et dans un contexte de pandémie, la scientifique Marta Ayala, 54 ans, déjà membre du bureau politique, pourrait être rejointe par Vicente Vérez, 67 ans, directeur de l’institut Finlay de vaccination.

Enfin, compte tenu du poids de La Havane dans la vie nationale, le premier secrétaire du parti dans la capitale, Luis Antonio Torres Iribar, 55 ans, pourrait lui aussi faire son entrée.