Le procès du cerveau du 11 septembre Khalid Sheikh reprend devant le tribunal de Guantanamo

LA HAVANE, 21 octobre (EFE)  Un juge américain a statué que la détention d’un Afghan dans la prison de Guantanamo est illégale,

la première fois en dix ans qu’un détenu de ce centre a gagné un procès contre le gouvernement de Washington, ils ont rapporté ceci Les médias américains du jeudi.

Le juge fédéral de Washington, Amit P. Mehta, a rendu mardi une ordonnance définitive et deux avis classifiés sur la requête en « habeas corpus » d’Asadullah Haroon Gul pour sa libération immédiate, selon les archives judiciaires, qui n’ont pas divulgué le contenu des documents.

L’habeas corpus est un mécanisme judiciaire auquel toute personne privée de liberté peut recourir si elle s’estime illégalement détenue pour demander à un juge de vérifier la légalité de sa condition.

L’un des avocats de Gul, Tara Plochocki, a souligné dans un communiqué qu’il s’agissait d’une « victoire capitale pour les forces de l’ordre et d’un rappel bien nécessaire au gouvernement américain qu’il y a des limites à ce qu’il peut faire au nom de la sécurité nationale ».

Les glaciers alpins pourraient disparaître d’ici la fin du siècle. Les conséquences se feront sentir dans toute l’Europe.

L’ONG Reprieve, qui a soutenu Gul dans cette affaire, a déclaré dans un communiqué qu’il avait été détenu sans inculpation ni jugement par les États-Unis en 2007.

Il a ajouté qu’au cours des neuf premières années de sa captivité, il n’avait pas eu accès à un avocat, malgré de multiples tentatives pour obtenir une représentation légale.

Selon le Washington Post, lors de sa capture, il était membre du groupe paramilitaire Hezb-i-Islami Gulbuddin, à l’époque allié d’Al-Qaïda en Afghanistan et qui avait résisté à l’invasion américaine en 2001.

Ce groupe a signé la paix avec le gouvernement de Kaboul en septembre 2016 et des centaines de ses militants ont été libérés des prisons afghanes.

Pour sa part, le gouvernement américain a libéré des dizaines de talibans de Guantanamo ces dernières années, y compris des membres de haut rang occupant désormais des postes de direction à Kaboul.
Cependant, les procureurs dans l’affaire Gul maintiennent qu’il avait des liens étroits avec al-Qaïda et que Washington reste en guerre contre cette organisation terroriste.

En mai dernier, le procureur Stephen McCoy Elliott a affirmé qu’il avait effectué plusieurs voyages dans des camps d’entraînement spécialisés dans les explosifs et les produits chimiques et qu’il avait effectué d’autres « fonctions opérationnelles » pour Al-Qaïda.

Ils ont affirmé qu’il avait reçu une formation par l’intermédiaire d’une organisation étudiante liée à Khalid Sheikh Mohammed, le cerveau présumé des attentats du 11 septembre.