Trump suspend les vols charters privés vers Cuba

LA HAVANE, 13 août (Prensa Latina) Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a annoncé aujourd’hui la suspension des vols charters privés vers Cuba,une mesure qui touche particulièrement les familles des deux côtés du détroit. Pompeo, qui ces derniers temps a intensifié sa rhétorique hostile contre l’île, a déclaré dans un communiqué qu’il avait demandé “au ministère des Transports de suspendre les vols charters privés vers tous les aéroports cubains, y compris La Havane”.

Selon le texte, cette action annulera “tous les vols charters entre les États-Unis et Cuba sur lesquels le ministère des Transports exerce sa juridiction”.

Une telle réglementation exemptera “les vols charters publics autorisés à destination et en provenance de La Havane et les autres vols charters privés autorisés à des fins médicales d’urgence, de recherche et sauvetage et autres voyages, considérés dans l’intérêt des États-Unis”, indique le communiqué.

Pompeo a affirmé que la mesure visait à priver le gouvernement cubain de ressources, dans un scénario dans lequel les États-Unis établissent de nouvelles mesures coercitives unilatérales contre la plus grande des Antilles.

En janvier, l’administration du président Donald Trump a éliminé tous les vols charters publics vers la nation des Caraïbes, à l’exception des voyages à l’aéroport international José Martí, dans la capitale cubaine, et a fixé un délai de 60 jours pour les interrompre.

Désormais, il sera impossible de voyager des aéroports américains vers l’île une fois que les vols réguliers auront été rétablis, ce qui est un coup dur pour des milliers de Cubains qui attendent le moment de retrouver leurs familles lorsque l’urgence sanitaire créée par la pandémie de Covid passera. 19, indiquent les premières réactions de la presse après la nouvelle.

En outre, la mesure signifierait le retour des vols à travers des pays tiers, qui était l’itinéraire utilisé pour se rendre à Cuba avant le rétablissement des relations diplomatiques entre Washington et La Havane sous l’administration Barack Obama.