Les entreprises publiques cubaines obtiennent plus d'autonomie

LA HAVANE, 28 septembre (PL) Le Conseil des ministres de Cuba a approuvé de nouvelles mesures pour améliorer le travail des entreprises publiques, ont rapporté lundi les médias locaux.Les dispositions visent à donner plus d’autonomie aux unités étatiques de base (UEB) et à rendre leurs opérations plus flexibles, a déclaré le chef de la Commission permanente pour la mise en œuvre et le développement, Marino Murillo, lors de la réunion.

Parmi les éléments qui changeront figure la répartition des revenus après paiement des impôts, qui peut être répartie entre les travailleurs sans la limite actuelle de cinq salaires moyens au maximum, et ne sera pas conditionnée au respect d’indicateurs.

De même, l’ensemble du système entrepreneurial bénéficiera de ce que l’on appelle le «paiement à la performance» qui est actuellement appliqué par les entreprises de l’amélioration de l’esprit d’entreprise. De plus, les retraités peuvent être embauchés pour occuper un poste similaire à celui qu’ils occupaient avant de toucher leur pension.

Murillo a expliqué que les facultés des cadres ont été élargies afin qu’ils puissent embaucher des travailleurs en dehors de leurs heures de travail, dans des services spécifiques différents de ceux qu’ils font.

Une autre transformation est que certaines unités entrepreneuriales de base peuvent faire des états financiers, payer des impôts sur les revenus et distribuer des bénéfices sans avoir une personnalité juridique, pour laquelle l’entreprise devra renoncer à une partie de son patrimoine.

Les autorités jugées nécessaires et recommandées pour transformer les UEB qui terminent totalement ou partiellement les cycles de production, ainsi que celles qui exercent des activités différentes, en entreprises, situation qui devra être analysée par le président de l’organisation supérieure du directeur commercial.

S’exprimant lors de la réunion, le Premier ministre Manuel Marrero a souligné la nécessité de mieux utiliser les mesures approuvées pour libérer les potentialités des entreprises publiques et des forces productives en général.

Il a appelé à réduire les importations de produits finis et de matières premières pour achever les cycles de production, ainsi qu’à relier les industries et les secteurs demandés par l’économie.