Le tourisme à Cuba recule de 95% au cours des 3 premiers mois de 2021

LA HAVANE, 17 Mars Le tourisme international a chuté de façon spectaculaire au cours des deux premiers mois de 2021 à Cuba.

Par rapport à janvier et février de l’année dernière, le pays a cessé de recevoir plus de 95% des voyageurs, une diminution associée à la pandémie de coronavirus.

« Au cours des deux premiers mois de 2021, quelque 35.600 voyageurs internationaux sont arrivés sur l’île, soit 4,5% des 792.507 visiteurs étrangers totalisés fin février 2020 », a indiqué le professeur d’université et universitaire José Luis Perelló à l’agence China Xinhua News.

Dans le contexte de la pandémie, le tourisme international a subi une forte baisse à l’échelle mondiale. Les restrictions de mouvement et les mesures visant à contenir la propagation ont eu un impact très important sur le secteur.

En raison de l’expansion mondiale du coronavirus, en 2020, les arrivées de touristes internationaux dans le monde ont chuté de 74% par rapport à 2019. La pandémie de COVID-19 a été la principale cause de déclin d’année en année qui a atteint 84% dans la région Asie-Pacifique ou environ 70% en Amérique et en Europe, selon le site statista.com.Le tourisme à Cuba recule de 95% au cours des 3 premiers mois de 2021

Variation d’une année sur l’autre du nombre d’arrivées de touristes internationaux dans le monde en 2020, par région / statista.com Bien qu’il s’agisse de données provisoires pour 2020 par rapport à 2019, elles indiquent que les chiffres enregistrés par Cuba au cours des deux premiers mois de cette année indiquent une baisse encore plus forte ou une reprise dangereusement reportée pour l’économie cubaine.

La relance du tourisme sur l’île ne dépendra pas seulement de la maîtrise de la pandémie au niveau national, selon le spécialiste. Les progrès dans la vaccination des citoyens canadiens, espagnols, allemands, anglais et français – les premiers sur la liste des visiteurs que Cuba reçoit – auront une incidence sur la reprise du secteur du tourisme.

De même, Perelló a souligné l’importance de la reprise de la mobilité et de la normalisation du trafic aéroportuaire comme facteurs décisifs de reprise. La diminution des revenus d’une grande partie de la population dont l’activité a été affectée par la pandémie a également contribué à la diminution du nombre de visiteurs sur l’île.

En ce sens, Perelló a expliqué que « les gens pouvaient être vaccinés et ne pas avoir de revenus pour voyager ». L’urgence sanitaire mondiale a également entraîné la cessation d’activité dans d’autres secteurs de l’économie dont les travailleurs ont subi une baisse de leur niveau de vie, affectant principalement les activités de loisirs pour lesquelles ils utilisaient une partie de leurs revenus ou de leur épargne.

En raison de la pandémie, le tourisme à Cuba a enregistré l’an dernier une baisse de 74,6% par rapport au chiffre de 2019, selon l’économiste Elías Amor. Avec un million de 85 000 touristes, 2020 devient «le pire résultat de la série historique publié par l’Office national des statistiques de Cuba, ONEI ».

Le chiffre est bien inférieur aux 4,5 millions attendus avant l’apparition du SRAS-CoV-2, comme le reconnaît Cubadebate

Pour Elías Amor, «les données montrent un scénario compliqué pour le tourisme, le grand engagement stratégique des autorités économiques, avec un impact très important sur les revenus collectés par le régime, les nuitées et l’activité hôtelière (qui aura dû réduire ses achats des fournisseurs internes de l’île, en particulier les produits agricoles), ainsi que la consommation directe par les touristes de biens et de services pendant leur séjour ».

Selon son analyse, le «scénario qui ne présente aucun signe d’amélioration en 2021, tant la haute saison semble perdue. Ce ne sont pas non plus de bons présages, car 2021 avance et les mêmes tendances se poursuivent sur les marchés mondiaux, avec l’effet récessif sur l’ensemble de l’activité économique, de l’emploi et de la création de richesse ».