Envois de fonds suspendus entre les États-Unis et Cuba a partir de 23 novembre

LA HAVANE, 27 octobre Plus de 400 bureaux de Western Union à Cuba fermeront leurs portes en raison de la nouvelle réglementation d’embargo imposée par l’administration Trump, Fincimex, la société militaire cubaine qui contrôle les envois de fonds à Cuba, a déclaré mardi. Mais Western Union, qui gère la part du lion de l’argent envoyé à l’île depuis les États-Unis, a déclaré continuer à chercher des alternatives pour maintenir le service.

L’administration Trump a publié mardi une nouvelle réglementation sur l’embargo qui interdit la participation des entreprises contrôlées par l’armée cubaine au traitement des envois de fonds. Dans un communiqué, le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré que la mesure visait à exclure l’armée cubaine de ses activités et à couper les fonds versés aux agences de sécurité cubaines accusées de violations des droits de l’homme à Cuba et au Venezuela.

Mais dans une déclaration publiée sur Facebook et republiée sur le site Web du ministère cubain des Affaires étrangères, Fincimex a laissé entendre que le gouvernement cubain ne voulait pas céder en transférant l’activité de transfert de fonds à des entités publiques non militaires.

“Fincimex, dans le cadre du système financier cubain, est l’entité qui, par décision souveraine du gouvernement cubain, a été chargée de garantir les envois de fonds à Cuba depuis les États-Unis, qui seront totalement interrompus” par les nouvelles mesures, indique le communiqué.
Selon la société, la nouvelle réglementation affectera les services de Western Union. “Parmi nos homologues nord-américains se trouve Western Union, une entité dont les 407 bureaux répartis dans tout le pays fermeront en raison de ces dispositions brutales”, indique le communiqué.
Une porte-parole de Western Union a déclaré que la société travaillait toujours à la recherche d’un autre arrangement pour maintenir le service. Pour l’instant, les clients peuvent continuer à envoyer de l’argent à Cuba parce que l’administration Trump a donné 30 jours aux entreprises américaines pour négocier une solution avec le gouvernement cubain.

“Notre objectif est de continuer à fournir des services de transfert d’argent essentiels aux clients, dont beaucoup dépendent des envois de fonds de leurs proches pour répondre aux besoins quotidiens”, a déclaré la porte-parole Margaret Fogarty dans un communiqué.

«Western Union s’est engagée à adhérer à toutes les réglementations gouvernementales et nous travaillons actuellement pour nous conformer aux nouvelles règles et réglementations sur Cuba. Nous fournirons des informations supplémentaires au fur et à mesure que nous officialiserons ces plans », a ajouté Fogarty. Fincimex fait partie de GAESA, le conglomérat d’entreprises militaires contrôlé par l’ancien gendre de Raúl Castro, le général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja.

Le Département d’État a récemment inclus Fincimex et AIS, une autre société militaire impliquée dans les envois de fonds à Cuba, sur sa liste d’entités soumises à restrictions. Suite à l’inclusion de l’AIS sur la liste, les agences basées à Miami qui envoient des fonds en dollars à Cuba ont repris le service via les banques gouvernementales cubaines Banco Metropolitano et Banco Popular de Ahorro.

Mais la déclaration de Fincimex tient le gouvernement américain responsable «de l’interruption du service d’envoi de fonds entre les deux pays». «Les dispositions récentes attaquent directement les envois de fonds familiaux même lorsque les représentants de Washington mentent et essaient de faire croire que les limitations ne concernent qu’une entité spécifique», déclare Fincimex.
La suspension brutale des envois de fonds toucherait des millions de familles à Cuba qui dépendent de cet argent pour survivre dans un pays plongé dans une crise économique profonde et où le salaire mensuel moyen est de 30 dollars. Les envois de fonds sont la deuxième source de revenus du gouvernement cubain, estimés à plus de 3 milliards de dollars par an

L’administration Trump limitait auparavant le montant d’argent pouvant être envoyé sur l’île à 1000 dollars par personne et par trimestre.