La Havane «est fermée» sauf pour les réservations de touristes et autres exceptions

LA HAVANE, 13 août Le gouvernement de La Havane, épicentre du rebond actuel du COVID-19 à Cuba, a établi des restrictions plus importantes que celles existantesjusqu’à présent pour les entrées et sorties de transport de la ville, dans l’espoir de freiner la transmission de la maladie et de l’empêcher de se propager à d’autres provinces cubaines.

Cependant, il a laissé une marge pour les réservations des touristes et d’autres exceptions, tant que les gens peuvent fournir l’autorisation requise et prouver qu’ils ne sont pas infectés.

«Nous devons comprendre que la ville est fermée. Il faut faire le moins de voyages possibles », a déclaré mardi le gouverneur de La Havane, Reinaldo García, lors de l’émission télévisée Mesa Redonda.

Après avoir enregistré une nouvelle flambée d’infections à coronavirus, La Havane a été renvoyée par les autorités du pays dans la phase de «transmission autochtone limitée». En conséquence, les transports urbains ont été suspendus et la mobilité des personnes limitée, dans le cadre d’un plan de lutte contre la maladie.

Le gouvernement cubain a également restreint les transports entre les provinces de l’ouest de l’île, parmi lesquelles Artemisa connaît également une situation épidémiologique complexe. Les mesures de prévention et de contrôle ont été renforcées dans toute l’île, en particulier dans les territoires où des cas ont été signalés récemment.

Selon le coordinateur du programme Industrie et transports du gouvernement de La Havane, José Conesa, douze points de contrôle ont commencé à fonctionner aux sorties de la ville, a rapporté Cubadebate.

Parmi les mesures appliquées pour assurer le respect de ces points figurent l’utilisation obligatoire de masques sanitaires et l’interdiction des passagers debout dans tout type de véhicule, a déclaré Conesa.

De plus, les transferts vers d’autres provinces en moyen de transport collectif, et les départs de La Havane de voyageurs sans contrôle médical ni recherche sont interdits, a-t-il indiqué.

Cependant, les personnes qui présentent une certification de réservation touristique dans les hôtels, les bases de camping ou les maisons de location sont exemptées de l’interdiction de voyager, même si elles voyagent en voiture privée.

Afin de quitter la capitale, ces personnes doivent porter la preuve d’un test rapide COVID-19 avec un résultat négatif, a expliqué le responsable.

Selon le gouverneur de la capitale cubaine, les mécanismes de vérification nécessaires ont été ajustés avec le ministère du Tourisme. Pour rendre ces déplacements réalisables, un bureau de l’agence Havanatur a été ouvert à Varadero, où les propriétaires peuvent se rendre pour signaler les clients qu’ils auront.

«Ces informations se rendront à La Havane et un autre bureau de cette agence de voyage sera ouvert au rez-de-chaussée de l’hôtel Habana Libre pour émettre les bons pour ces réservations», a précisé García.

Les vacanciers qui prévoient de voyager en dehors de La Havane doivent porter le certificat pour demander l’achèvement du test rapide COVID-19 à leur polyclinique la plus proche, puis montrer les deux documents aux points de contrôle de sortie de la ville, a expliqué le gouverneur.

Les autres exceptions pour les départs terrestres de La Havane sont les transports liés à l’État, y compris ceux liés au transport de marchandises ou à l’assurance alimentaire. Pour quitter la ville, ces véhicules doivent avoir un agrément délivré par la direction provinciale des transports, et les vignettes qui le corroborent.

Les autorisations permanentes sont noires, et elles sont données aux véhicules qui entrent et sortent fréquemment de La Havane «pour des raisons justifiées», tandis que celles en bleu correspondent à des «cas exceptionnels».

Quant aux moyens de transport qui arrivent à La Havane depuis les autres provinces, ils doivent également être munis d’une autorisation pour entrer dans la ville.

Cuba a signalé 35 nouveaux cas de coronavirus à la fin de ce mardi, dont 29 à La Havane. D’autres provinces ont également enregistré des patients malades: Artemisa (2), Villa Clara (2), Matanzas (1) et Holguín (1), ce qui est un signe inquiétant, car dans ces deux derniers cas la source de l’infection n’a pas été précisée, et les deux territoires n’avaient pas enregistré de cas autochtones depuis plusieurs semaines.