La chaîne hôtelière Marriott quitte Cuba sous la pression de Donald Trump

LA HAVANE, 1 Sept. La chaîne hôtelière américaine Marriott International a aujourd’hui abandonné ses opérations à Cuba en raison de la pression du gouvernement de Donald Trump, selon les rapports du secteur en EuropeLa newsletter numérique Reportur ajoute que cet abandon se matérialise précisément à partir de ce 1er septembre comme un élément supplémentaire à ceux déjà reflétés par Washington contre La Havane, intensifiés contre le tourisme sur l’île depuis juin 2019.

Marriott International a annoncé qu’il annulait ses opérations à Cuba à compter de ce jour, après que le gouvernement américain ait suspendu sa licence d’exploitation d’hôtels sur l’île.

Le directeur de la communication de la société pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Kerstin Sachl, a déclaré à la presse qu’ils pouvaient confirmer cette nouvelle, lorsque le Four Points by Sheraton de La Havane ne fonctionnera plus.

Le département américain du Trésor a annoncé à l’hôtelier en juin dernier qu’il ne l’autoriserait pas à ouvrir d’autres hôtels en cours de préparation et lui a ordonné de fermer le Sheraton Four Points à La Havane (anciennement Hotel Quinta Avenida).

C’était le seul hôtel géré par une société américaine à Cuba.

En 2018, l’administration Donald Trump a renouvelé sa licence d’exploitation d’hôtels à Cuba, mais cette année il a décidé de la suspendre, réitère le support électronique.

Le président américain a sapé l’ouverture de l’île promue par l’administration de Barack Obama, sous la justification de ne pas soutenir l’enrichissement du gouvernement cubain, et vraiment comme une pression pour renforcer les restrictions économiques d’il y a plus de 50 ans.

De plus, le Four Points by Sheraton était le seul hôtel géré par une société américaine à Cuba après l’approche et la levée des restrictions commerciales décidées par le gouvernement précédent (d’Obama).

Trump a progressivement démantelé les mesures de rapprochement qui l’ont précédé, insiste les médias.

Sachl a noté que sa chaîne estimait que Cuba était une destination souhaitée par les voyageurs, y compris les Américains, et a exprimé l’espoir d’une réouverture des opérations à Cuba si le gouvernement des États-Unis accordait la permission de faire des affaires là-bas à nouveau.
(Source PL)