La Biennale de La Havane débutera en novembre et sera prolongée en raison de la pandémie

La Bienal de La Habana arrancará en noviembre y se alargará por la pandemia

LA HAVANE, 24 août (EFE) La XIV édition de la Biennale de La Havane se tiendra du 12 novembre au 30 avril 2022

avec une durée plus longue et des changements dans sa structure en raison de la pandémie de covid-19, ont annoncé ce mardi ses organisateurs.

Pour la première fois depuis sa création en 1984, l’événement d’arts visuels le plus important à Cuba durera six mois – au lieu du mois qu’il couvre normalement – et sera divisé en trois expériences, a déclaré à la presse le directeur du Centre d’art contemporain. 

Wifredo Lam, Nelson Ramirez. Ramírez a indiqué lors d’une conférence de presse au ministère de la Culture que la première étape, appelée Préambule, durera du 12 novembre au 5 décembre, axée sur les aspects théoriques de ce type d’événement.
Du 6 décembre au 24 mars 2022 aura lieu la deuxième expérience intitulée Havana de la Bienal, lorsqu’ils convoqueront des artistes et des invités cubains pour présenter des projets qui seront ensuite évalués en fonction de leur qualité, a-t-il assuré.
Dans le cas des invités, il n’y a toujours pas de détails sur qui pourra se rendre à Cuba en raison des restrictions de voyage dues à la pandémie, a-t-il souligné.
La dernière de ces phases, appelée Retour vers le futur, se déroulera du 25 mars au 30 avril de l’année prochaine en tant qu’épilogue de l’événement culturel le plus important pour les arts visuels à Cuba.
« Il sera composé d’une exposition curatoriale divisée en plusieurs noyaux ou projets qui seront développés principalement dans le pavillon de Cuba et la station culturelle Línea y 18 » de la capitale cubaine, a-t-il indiqué.
Le programme de l’événement comprend une édition virtuelle au cas où la situation épidémiologique dans le pays empêcherait la réalisation de l’une des activités prévues, selon les organisateurs. 
Le dernier chapitre de la Biennale de La Havane était en 2019 et a accueilli plus de 300 artistes de 52 pays qui « sont intervenus » pendant un mois sur les façades, les parcs et les bâtiments avec des œuvres qui invitaient le public à interagir.