Royauté et mafias, les années vertigineuses de l'hôtel Nacional de Cuba

LA HAVANE, 28 févr. (EFE) La mafia américaine a comploté des meurtres dans leurs salons,

leurs jardins sont devenus des tranchées pendant la crise des missiles et Tarzan a utilisé le deuxième étage comme tremplin pour se jeter dans la piscine: peu d’endroits dans le monde ont autant d’histoires que l’hôtel Nacional de Cuba.

Érigé depuis le 30 décembre 1930 sur une colline surplombant la célèbre promenade de La Havane depuis le quartier Vedado, le Nacional n’est peut-être pas – selon les normes modernes d’aujourd’hui – l’établissement le plus luxueux de la capitale, mais il compense largement.
Un coup d’anecdotes qui sont liés à neuf décennies d’histoire cubaine. Ou plus encore, puisque sa situation géographique « permet de raconter largement l’histoire de Cuba, des aborigènes à nos jours », explique Aeleen Ortiz, spécialiste du bureau d’histoire de l’hôtel.

Ses débuts

Des siècles avant que l’Américain Purdy et Henderson ne construisent l’hôtel en 1930, l’un des premiers en Amérique latine avec une charpente en acier, les aborigènes maintenant éteints se réfugièrent dans des grottes sur cette colline, la même dans laquelle après l’invasion britannique de La Havane en 1562 la batterie de Santa Clara a été installée, une des enclaves des canyons dont le feu croisé a défendu la ville.
Il y a encore des témoins de ce passé. Deux énormes canons dans le jardin – un espagnol, le « Ordóñez » des Asturies – rappellent le passé colonial de l’île et le relient à son histoire contemporaine, car à quelques pas de ces armes imposantes se trouvent les tranchées et les tunnels de la crise des missiles en 1962 
« De ce jardin, La Havane pourrait être protégée d’une éventuelle invasion américaine attendue après l’invasion de la Baie des Cochons », explique l’historien, qui assure que bon nombre des clients qui viennent à l’hôtel « à la recherche d’histoires célèbres » sont également surpris. trouver ce vestige du moment où le monde était le plus proche d’une guerre nucléaire.
Mais autant d’histoire que les jardins ont les huit étages du bâtiment, dont le premier directeur était auparavant expérimenté dans le luxueux Waldorf Astoria and Plaza à New York.
Bien qu’aujourd’hui, en raison de la pandémie de coronavirus, l’établissement fonctionne à moitié gaz, le National « est le théâtre de combien d’histoire il y a à La Havane, il n’y a pas une personne célèbre au monde qui ne passe pas par l’hôtel quand il vient visiter, rester ou non (…) », dit Ortiz.
GANGS SYMPATHÉTIQUES
Parmi les demandes les plus courantes, il y a celles de parcourir les scènes dans lesquelles la mafia italo-américaine a comploté leurs outrages, ou de dormir dans la même chambre que Frank Sinatra et Ava Gardner occupaient pendant une lune de miel au cours de laquelle la belle actrice a laissé dormir le tout nouveau mari.

Faufilez-vous pour boire la nuit de La Havane. C’était dans les années 1930, Las Vegas n’existait pas et alors que la prohibition était en vigueur aux États-Unis, à La Havane voisine, il y avait de l’alcool et le jeu était une niche vierge.

La mafia du pays voisin a vite compris le potentiel de l’île et en 1946 une convention historique a eu lieu au Nacional dirigé par Charles «Lucky» Luciano (restant dans la chambre 211 et avec Sinatra dans la voisine) dans laquelle ils ont saisi l’occasion pour – littéralement – partager le gâteau.
« On dit beaucoup de choses sur les gangsters mais ils étaient même sympathiques, ils interagissaient avec les clients et les employés, ils se posaient même des questions sur leur famille », explique l’historien de l’hôtel. Bien qu’il se souvienne de «l’autre côté de la médaille», comme la planification du meurtre de Ben Siegel, «père» de Las Vegas, dont le meurtre a été décidé dans la salle à manger Aguiar del Nacional.
Beaucoup viennent également à l’endroit pour demander Al Capone, mais bien que le membre le plus célèbre de Cosa Nostra soit passé par La Havane, il l’a fait en 1928 et a séjourné à l’hôtel Sevilla. Il a été invité au «sommet de la mafia» en 1946 mais venait de sortir de prison et était très malade.
UN COFFRE OUBLI
L’hôtel a dédié une «galerie de la renommée» à ces histoires et à des centaines d’autres, qui fait office de bar et dans laquelle photographies et objets semblent tenter de résumer en quelques mètres neuf décennies de glamour caribéen.
Images d’artistes, de royauté européenne, d’hommes politiques – plus d’une centaine de chefs d’État – et d’athlètes cohabitent avec une mystérieuse malle à bagages oubliée dans la bagagerie de l’hôtel, de vieilles lettres du restaurant et des lettres de remerciement. Vous pouvez également voir l’une des roulettes du casino qui a ouvert ses portes en 1956, la même année où Nat King Cole a été interdit d’hébergement parce qu’il était noir.
La roulette comptait les tours parce que trois ans plus tard, Fidel Castro avait interdit le jeu d’argent après le triomphe de la Révolution et cela continue jusqu’à ce jour.
bnWinston Churchill, Walt Disney, Cantinflas, María Felix, Rita Hayworth, César Romero, Spencer Tracy, John Wayne, Lola Flores, Josephine Baker, Jean Paul Sartre, Alejo Carpentier, Gabriel García Márquez, Mario Benedetti, Marlon Brando, Sara Montiel, Victoria Abril ou Francis Ford Coppola constituent une liste interminable de célébrités qui ont dormi au Nacional.
Une masse salariale qui permet aussi de retracer l’histoire récente du pays: si dans les années 1940 et 1950 la mafia, les stars hollywoodiennes et les stars du cinéma mexicain et espagnol ou la royauté prévalent, à partir des années 1960 celles des amis intellectuels et politiques prolifèrent à gauche. , assaisonné à nouveau avec les divertissements des années 90, lorsque Cuba a rouvert au tourisme.
LE PLUS GRAND DÉFI, GARDER
Bien que l’un des moments les plus bouillants soit beaucoup plus récent. Le «dégel» avec les États-Unis a attiré tellement d’Américains que «vous ne pouviez même pas traverser le hall de l’hôtel», se souvient Ortiz.

El Nacional a accueilli une bonne partie de l’entourage de Barack Obama lors de la visite historique du président de l’époque en 2016 et à cette époque, un couple qui séjournait à l’hôtel pendant leur lune de miel est également revenu et y a vécu le triomphe des «hommes barbus» de Castro .

Aujourd’hui, l’hôtel – propriété de l’État cubain depuis sa construction – n’est pas étranger aux difficultés économiques du pays et « a de nombreux défis à relever », mais ces derniers mois, il a investi « beaucoup » dans la rénovation, y compris la restauration de la façade . «Et préserver», souligne l’historien de l’establishment.

«Dans tout ce que nous faisons pour améliorer les normes, il y a toujours la prémisse que l’hôtel est un monument national, donc nous ne pouvons pas le transformer, ce que nous devons faire est de préserver le patrimoine de Cuba et d’offrir aux gens cette histoire, ce qu’ils recherchent. pour, mais avec le confort du présent ». (traduire depuis EFE)