Google Et Cuba Sont Déterminés À Améliorer La Connectivité De L'île.

HAVANA ,March 28th (Reuters) – Google de Alphabet Inc a signé jeudi un contrat avec le monopole cubain des télécommunications ETECSA afin de négocier un accord visant à améliorer les échanges Internet entre ses deux réseaux et la connectivité sur l’île  .

Le chef de Google chargé de la stratégie et des opérations à Cuba, Brett Perlmutter, et le vice-président d’Etsa, Luis Adolfo Reyes, signent des documents à La Havane, à Cuba, le 28 mars 2019. REUTERS / Alexandre Meneghini

Internet laggard Cuba a tenté ces dernières années d’améliorer l’accès à Internet en introduisant des cybercafés, des points d’accès Wi-Fi et un réseau Internet mobile. Cependant, les utilisateurs continuent de se plaindre du coût, de la connexion lente et de la couverture inégale.

Ce partenariat créerait un lien direct et gratuit entre Google et les réseaux cubains selon un processus appelé “peering” dans l’industrie. Cela permettrait un accès plus rapide au contenu hébergé sur les serveurs du géant de la technologie.

“La mise en œuvre de ce service d’échange de trafic Internet fait partie de la stratégie d’ETECSA visant à développer et à informatiser le pays”, ont déclaré Google et ETECSA dans un communiqué de presse publié lors d’une conférence de presse à La Havane.

Le peering serait mis en œuvre “si les conditions techniques le permettent”, ont-ils déclaré, sans préciser leur nature. Aucune des parties n’a posé de questions.

Le protocole d’accord crée un groupe de travail composé d’ingénieurs qui s’efforcent de déterminer la manière dont le peering doit être effectué.

Google travaille depuis des années pour développer son activité à Cuba, même si les analystes disent qu’il doit travailler dur pour gagner la confiance du gouvernement.

Cuba-nous. Les relations ont disparu depuis que le républicain Donald Trump est devenu président des États-Unis, promettant de défaire une détente convenue par son prédécesseur démocrate, Barack Obama, et de renforcer encore l’embargo commercial américain qui sévit depuis une dizaine d’années.

Néanmoins, le gouvernement a maintenu un fossé créé par Obama pour que les entreprises de télécommunications américaines fournissent certains services à Cuba au moment d’ouvrir davantage le pays.

“La signature de ce mémorandum montre que les entreprises américaines sont intéressées à développer des entreprises avec ETECSA”, lit-on dans le communiqué de presse de Google, ETECSA.

Google a mis en place un petit centre d’affichage pilote à La Havane et, en 2016, a signé un contrat permettant aux internautes d’accéder plus rapidement au contenu de leur marque.

L’ancien patron de Google, Eric Schmidt, a rencontré le président cubain Miguel Diaz-Canel à deux reprises l’année dernière, à La Havane en juin et au bureau de Google à New York en septembre.

Les tentatives de Google pour pénétrer le marché cubain s’inscrivent dans le contexte des tentatives d’expansion dans un autre pays du gouvernement communiste (Chine), alors que le gouvernement craint que sa politique de censure et de surveillance ne soit respectée. pourrait, est en déclin.

Que ce soit à cause de l’embargo américain, du manque de liquidités ou de préoccupations concernant la libre circulation de l’information, Internet n’était largement accessible à Cuba que dans les hôtels de tourisme. En 2013, un câble à fibre optique a été mis en service au Venezuela.

Reportage de Sarah Marsh à La Havane; Couverture additionnelle de Nelson Acosta à La Havane et de Paresh Dave à San Francisco; Édité par Chizu Nomiyama