Envois de fonds suspendus entre les États-Unis et Cuba a partir de 23 novembre

 LA HAVANE, 13 novembre (PL) La société financière cubaine Fincimex et l’American Western Union ont convenu de suspendre le paiement des envois de fonds à compter du

23 novembre à la suite des mesures unilatérales de Washington contre l’île, il est apparu aujourd’hui.

À partir du profil Twitter de la société commerciale Cimex, à laquelle elle est rattachée, Fincimex a expliqué avoir mené des négociations avec la société américaine pour établir d’un commun accord et à l’avance les procédures de suspension ordonnée des envois de fonds du nord au Antilles.

À la suite de l’échange, a-t-elle dit, ils ont décidé de mettre fin au paiement de l’argent à partir du 23 novembre, et à l’exploitation des 407 points inclus dans le réseau de la firme américaine sur l’île.

La société de financement a tenu la population informée par différents canaux des mesures unilatérales du gouvernement américain actuel, “visant à étouffer l’économie cubaine au milieu des effets néfastes de la pandémie Covid-19”, souligne le communiqué.

Elle a rappelé que l’interruption de ce service entre les deux pays est de la seule et exclusive responsabilité de la Maison Blanche. En outre, il a ratifié son engagement envers les familles de l’île afin d’identifier et de maintenir des flux d’envois de fonds ordonnés et sûrs.

En octobre dernier, le Département du Trésor des États-Unis a publié un projet de règle définitive visant à éliminer, 30 jours après le 27 octobre, le champ d’application de certaines autorisations générales liées aux virements bancaires depuis l’étranger.

La mesure interdit l’envoi d’argent à Cuba via Fincimex et la société affiliée American International Services (AIS) et met fin aux 407 points de paiement Western Union répartis dans tout le pays.

La société financière de la nation caribéenne gère les envois de fonds depuis plus de 20 ans, dans le cadre d’un contrat de représentation signé entre les deux entités.

Dans un communiqué récent, la société cubaine a dénoncé les tentatives de Washington de faire croire que les envois de fonds ne seraient pas interrompus si la plus grande des Antilles acceptait l’imposition du gouvernement américain d’établir un réseau de paiement différent de l’actuel.

«Ils mentent», précise le texte, et explique que dans les 30 jours fixés par le gouvernement étranger, il est impossible de réaliser l’infrastructure, l’intégration technologique, les processus logistiques et la préparation du personnel nécessaire aux transferts d’argent.

“Ceux qui ont conçu les mesures savent très bien qu’il ne serait pas possible en 30 jours d’organiser des solutions alternatives”, il est donc “évident que l’intention du gouvernement américain d’interrompre les envois de fonds à Cuba, et pour cela, ils doivent mentir au public. opinion », remarque-t-il. .