Début du procès contre les artistes dissidents Alcantara et Castillo

Deux artistes dissidents cubains ont été condamnés à cinq et neuf ans

LA HAVANE, 30 mai Le procès des artistes dissidents cubains Luis Manuel Otero Alcantara et Maykel Osorbo, dont Washington réclame la libération, a débuté lundi à La Havane sans accès au tribunal pour la presse étrangère ni pour des diplomates venus sur place, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Des peines de sept et 10 ans de prison sont requises contre les deux artistes, notamment pour trouble à l’ordre public.

« Nous avons fait la demande officielle (d’accéder au tribunal) au nom de l’Union européenne, mais jusqu’à présent nous n’avons pas eu de réponse », a indiqué à des journalistes un diplomate qui s’est seulement identifié comme « représentant » de l’ambassade allemande.

Les six diplomates continuaient de patienter lundi matin, non loin du tribunal municipal populaire de Marianao, dans l’ouest de la capitale.

Dans ce procès sont en jeu « des droits humains de base, selon nous, comme la liberté, le droit à une libre expression et de se réunir librement », a souligné le diplomate, accompagné de confrères de Suède, de République tchèque, des Pays-Bas, de Norvège et du Royaume-Uni.

Des proches des deux artistes sont arrivés plus tôt dans la matinée au tribunal, sans faire de déclarations à la presse.

Luis Manuel Otero Alcantara, 34 ans, arrêté le 11 juillet 2021 quand des milliers de Cubains manifestaient dans les rues de l’île aux cris de « Nous avons faim » et « Liberté », est un des meneurs du collectif d’artistes contestataires San Isidro lancé en 2018.

Il est détenu dans la prison de haute sécurité de Guanajay, dans la province d’Artemisa (centre) et est accusé de divers délits, dont incitation à commettre un délit, outrage aggravé, trouble à l’ordre public, tous antérieurs au 11 juillet.

Selon un enregistrement audio de l’artiste diffusé la semaine dernière via les réseaux sociaux par plusieurs activistes, les autorités lui ont proposé de quitter Cuba en échange de sa liberté, mais il a refusé.

Le parquet réclame dix ans de prison pour Maykel Osorbo, 39 ans, arrêté le 18 mai 2021 et accusé de trouble à l’ordre public, outrage à la justice et agression.

Il est coauteur de la chanson « Patria y vida », devenue un symbole des manifestations anti-gouvernement à Cuba et couronnée par un Grammy Latino.

Les deux artistes, dont Washington n’a cessé de demander la libération depuis des mois, ont été déclarés prisonniers de conscience par Amnesty International, au nom de tous les détenus lors des manifestations historiques de juillet 2021, qui ont fait un mort et des dizaines de blessés.

Source