Cuba voit une manifestation inhabituelle de dissidence sur la liberté d'expression

LA HAVANE, 28 nov. Cuba voit une manifestation inhabituelle de dissidence sur la liberté d’expression Environ 200 artistes cubains ont manifesté devant le ministère de la Culture

du pays vendredi dans une rare manifestation de dissidence sur la liberté d’expression. La manifestation faisait suite à l’expulsion par les autorités jeudi soir des manifestants membres d’un collectif d’artistes de leurs locaux dans le centre historique de La Havane.

Les manifestants ont exigé un dialogue sur les limites de la liberté d’expression et ce qu’ils appellent la répression étatique après que les autorités ont réprimé le mouvement San Isidro d’artistes et d’activistes dissidents.

Les gouvernements néerlandais et tchèque et Amnesty International, ainsi que d’autres groupes de défense des droits, ont exprimé vendredi leur inquiétude au sujet des droits humains à Cuba. Le mouvement a protesté contre l’emprisonnement d’un rappeur pour outrage, mettant en lumière le traitement des droits de l’homme par l’État à parti unique.

Huit membres et alliés ont entamé une grève de la faim il y a 10 jours. Les autorités ont interrompu la grève jeudi, expulsant tout le monde du siège du mouvement, invoquant une violation des protocoles de santé COVID-19. Les dissidents ont dit que c’était un prétexte pour mettre fin à leur manifestation. Quatorze dissidents, dont cinq toujours en grève de la faim, ont été brièvement détenus.

Ils ont déclaré que leurs téléphones avaient été saisis et réinitialisés, supprimant les images du mouvement contre eux. Le mouvement San Isidro, du nom du quartier délabré de la Vieille Havane où le groupe a son siège social, a été fondé en 2018 pour s’opposer à un décret qui, selon eux, augmentait la censure du secteur culturel.

La surveillance, qui a commencé avec deux douzaines de personnes le matin, est passée à plus de 100 au fil de la journée, y compris des artistes cubains de renommée internationale comme Tania Bruguera et des cinéastes comme Fernando Perez. Tard dans la soirée, les manifestants ont déclaré qu’ils refusaient de partir avant d’avoir rencontré un haut fonctionnaire.

Ils ont exigé un “dialogue” et les représentants attendaient de rencontrer le vice-ministre Fernando Rojas après s’être réunis là-bas pendant une bonne partie de la journée. La manifestation était rare à Cuba, où l’autorisation de telles manifestations n’est pas souvent donnée.

Le personnel de sécurité et la police en uniforme ont surveillé la manifestation à distance mais sans intervenir. Le mouvement San Isidro réclamait la libération d’un autre membre du groupe, le rappeur Denis Solis, arrêté le 9 novembre et condamné à huit mois de prison pour outrage.

Après le raid dans leurs locaux, les 14 membres du groupe ont subi des tests de Covid-19 et sont rentrés chez eux, le siège du collectif étant fermé par les autorités, ont déclaré des militants sur les réseaux sociaux. Deux d’entre eux ont refusé de rentrer chez eux et ont été de nouveau arrêtés: Luis Manuel Otero Alcantara, 32 ans, plasticien, et Anamely Ramos, 35 ans.

Certains militants ont déclaré sur les réseaux sociaux que Ramos avait été libéré. La liste des revendications des manifestants de vendredi comprenait des informations sur le sort d’Otero et Ramos, la libération de Solis et la fin du “harcèlement” des artistes.