Cuba va supprimer des milliers de restaurants d'État et éliminer les subventions

 LA HAVANE, 19 novembre (Reuters) Cuba prévoit de convertir la plupart des restaurants publics en coopératives et en entreprises privées dans les mois à venir et cesser de les subventionner

dès l’année prochaine, selon des rapports locaux et une source gouvernementale.

Cette décision est considérée comme un signe que le pays se dirige vers un socialisme de marché avec une augmentation des entreprises privées, comme le Vietnam ou la Chine, et s’éloigne de l’ancien système de style soviétique auquel il s’est accroché depuis la disparition de son ancien bienfaiteur.

Le pays a été pratiquement mis en faillite par les sanctions américaines féroces, la pandémie du COVID-19 et ses propres inefficacités, et fait face à une dette extérieure croissante et à des déficits budgétaires.

Les autorités ont déclaré une situation d’urgence et poussent à travers diverses réformes axées sur le marché approuvées pour la première fois il y a dix ans sous le président de l’époque Raul Castro, mais bloquées depuis par l’intérêt personnel bureaucratique et les conservateurs.

Dans des discours récents, le successeur de Castro, le président Miguel Diaz-Canel, a déclaré que les subventions seraient supprimées pour les restaurants gérés par l’État dans le cadre d’une réforme monétaire attendue d’ici la fin de l’année, forçant le problème.

Cela bouleversera ce que l’on appelle le secteur de la gastronomie, qui n’a pas pu ébranler la réputation de mauvais service et de vol depuis que tous les restaurants jusqu’aux modestes vendeurs de hot-dogs ont été nationalisés en 1968.

“Le plan actuellement mis en œuvre appelle à ce qu’une petite minorité des plus de 7 000 restaurants gérés par le gouvernement dans le pays forme de nouvelles entreprises publiques non subventionnées séparées des politiciens locaux et le reste passe aux mains du privé”, a déclaré un directeur général du service alimentaire de la capitale, qui a demandé à ne pas être identifié car il n’était pas autorisé à parler aux journalistes.

Le gouvernement cubain n’a pas répondu à une demande de commentaires. Il y avait environ 1 900 restaurants appartenant à l’État à La Havane avant que le gouvernement ne lance les premières réformes sous Castro, transformant 258 en coopératives et entreprises privées dans le cadre d’un système de crédit-bail, selon le directeur principal.

Parmi ceux-ci, 60% avaient amélioré leur service, augmenté les salaires de 600 à 800% et contrôlé le vol, a-t-il dit. Désormais, plus de 70% du reste suivra, a déclaré le directeur général, ajoutant que les autorités de la ville avaient déjà choisi une douzaine de restaurants qui resteront gérés par l’État et 450 établissements qui seront loués aux employés et à d’autres parties intéressées.

“Le processus n’aurait jamais dû s’arrêter et je pense que cette fois, cela se produira car le système ne peut pas résister à un examen plus minutieux”, a-t-il déclaré. Reuters n’a pas encore pu obtenir de détails pour toutes les autres provinces de Cuba.

Mais l’agence nationale cubaine de presse a rapporté la semaine dernière qu’une nouvelle société locale dirigée par l’État conserverait 15% des 486 restaurants gérés par le gouvernement dans la province centrale de Camaguey. “Les autres facilités passeront à des formes de gestion non étatiques, que ce soit sous la forme de travail indépendant ou de coopératives non agricoles”, a indiqué l’agence, citant les autorités locales.

Depuis que Castro a annoncé que l’État se retirerait des activités non stratégiques lors d’un congrès du Parti communiste en 2011, des milliers de restaurants privés ont ouvert et ont concurrencé avec succès le secteur public. Pendant ce temps, la bureaucratie d’État a travaillé à embellir, et non à quitter, la plupart de ses restaurants et cafétérias.

Pourtant, le ministre de l’Économie Alejandro Gil, s’adressant à l’Assemblée nationale le mois dernier, a déclaré que le secteur devait être transformé et que les restaurants restant sous le contrôle de l’État devaient payer leur propre chemin.

“Ils doivent être efficaces, couvrir les dépenses avec des revenus, payer les fournisseurs en temps opportun, lier les salaires aux résultats économiques et bannir les illégalités et le détournement de ressources”, a-t-il déclaré. Cette décision intervient dans un marché déprimé et une pénurie d’approvisionnement qui a un impact sur les restaurants publics et privés à la suite de la pandémie et de la pénurie de liquidités à Cuba.