Cuba refuse à l'opposition l'autorisation de défiler à La Havane

LA HAVANE, le 13 octobre Cuba a refusé aux opposants au gouvernement la permission d’organiser ce qu’ils ont dit être une marche pacifique pour les libertés civiles dans la capitale La Havane.

et quelques autres provinces au motif que cela faisait partie des efforts pour renverser le gouvernement, selon une lettre remise aux organisateurs.

Les manifestations ont secoué le pays dirigé par les communistes pendant deux jours en juillet, avec les plus grandes manifestations antigouvernementales depuis des décennies, entraînant des centaines d’arrestations, un mort et des appels à l’intervention américaine par certains Cubano-Américains.

Les critiques du gouvernement, organisés par un groupe Facebook appelé Archipelago, avaient initialement prévu des manifestations à travers le pays pour le 20 novembre, mais ont changé la date au 15 novembre après que les autorités ont déclaré le 20 une « Journée de la défense nationale » au cours de laquelle les citoyens s’entraînent à se préparer à une invasion américaine.

La date de repli du 15, cependant, tombe le même jour que Cuba, une nation insulaire de plages de sable blanc et de récifs coralliens, prévoit de rouvrir au tourisme après deux ans au cours desquels l’industrie très importante a été entravée par la pandémie de coronavirus.

Les observateurs cubains et de nombreux gouvernements ont suivi de près ce nouveau défi lancé aux autorités locales.

Les manifestations à Cuba ont toujours été interdites à quelques exceptions près au motif que les États-Unis étaient derrière elles, mais la nouvelle constitution du pays approuvée il y a trois ans a ouvert un nouvel espace pour des manifestations « légitimes ».

« Les manifestants … ainsi que leurs liens avec certaines organisations subversives … ont l’intention ouverte de changer le système politique à Cuba », a déclaré une lettre aux organisateurs rejetant l’autorisation.

« Les manifestations sont une provocation et font partie d’une stratégie de changement de régime pour Cuba testée dans d’autres pays. »

Archipelago, qui dit avoir quelque 20 000 membres, dont beaucoup vivent à l’extérieur du pays, a déclaré qu’ils avaient prévu de se rassembler pour les libertés civiles, y compris le droit de manifester pacifiquement et une amnistie pour les opposants au gouvernement emprisonnés.

« Nous pensions que cela pourrait arriver après la proclamation de la 20e Journée de la défense nationale », a déclaré à Reuters le leader de la manifestation et dramaturge Yunior García.

« Cette réponse montre que la ligne la plus conservatrice et la plus dure ont le pouvoir à Cuba », a-t-il déclaré, ajoutant que le groupe discutait toujours de sa prochaine décision.

Des opposants bien connus au gouvernement font partie de ceux qui restent derrière les barreaux après les troubles des 11 et 12 juillet, certains encourant de lourdes peines.

(www.theguardian.com)