Cuba qualifie l’embargo commercial américain d »ouragan’ sans fin

Cuba qualifie l'embargo commercial américain d''ouragan' sans fin

LA HAVANE, 20 Oct. Le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a fait ces commentaires lors du lancement d’une campagne annuelle pour une résolution des Nations Unies condamnant l’embargo commercial, qui a été mis en place après la révolution cubaine de 1959.

Les commentaires du ministre des affaires étrangères font suite à une annonce de l’administration Biden, mardi, selon laquelle elle fournirait 2 millions de dollars à Cuba pour les efforts de secours d’urgence après le passage de l’ouragan Ian, un rare rameau d’olivier entre les deux ennemis de longue date.

« Malgré les annonces positives… le blocus n’a pas changé dans sa portée ou sa profondeur », a déclaré M. Rodriguez aux journalistes lors d’une conférence de presse à La Havane.

Il a déclaré que Cuba était reconnaissante de l’aide américaine mais qu’elle était toujours paralysée par l’embargo, qu’il a qualifié d' »ouragan » qui ne cesse de frapper l’île.

« L’embargo est une pandémie permanente, un ouragan constant », a-t-il déclaré. « Aujourd’hui, la politique du gouvernement du président Biden à l’égard de Cuba est… la même politique républicaine, aucun changement n’a été introduit dans cette politique. »

L’ancien président américain Trump, un républicain, a introduit de nouvelles sanctions sévères contre Cuba, à partir de 2017. L’administration du président Joe Biden, un démocrate, a depuis assoupli certaines politiques autour des transferts de fonds, des vols, du tourisme et, plus récemment, de la migration, en disant qu’elle rouvrirait des services consulaires complets à La Havane en 2023.

L’embargo plus large, cependant, est resté largement inchangé. L’écheveau de lois et de règlements américains complique les transactions financières et l’acquisition de biens et de services par le gouvernement cubain.

Les États-Unis ont déclaré que leurs politiques visent à canaliser « les fonds vers le peuple cubain et à les éloigner d’un régime qui n’a pas réussi à répondre aux exigences les plus fondamentales d’une société libre et juste ».

Mardi, M. Rodriguez a critiqué cette affirmation, affirmant que le blocus « vise à provoquer l’incapacité du pays à répondre aux besoins fondamentaux de la population. »

L’Assemblée générale des Nations unies votera les 2 et 3 novembre sur une résolution non contraignante condamnant l’embargo commercial. Ce sera la 30e fois que Cuba rassemble un soutien international contre l’embargo. La résolution a historiquement recueilli un soutien quasi unanime des nations membres et devrait être adoptée cette année encore.

Les pertes économiques causées par l’embargo d’août 2021 à février 2022 se sont élevées à 3,8 milliards de dollars, un record pour cette période de sept mois, a déclaré M. Rodriguez, portant le coût total à 154 milliards de dollars depuis le début de l’embargo.

Source