Cuba exigera la résidence pour les propriétaires d’entreprises privées

Cuba exigera la résidence pour les propriétaires d'entreprises privées

LA HAVANE, 20 août (AFP) Cuba exigera la résidence permanente sur l’île de toute personne souhaitant être propriétaire ou partenaire d’une petite ou moyenne entreprise (PME) privée.

selon un nouveau règlement publié au Journal officiel. Après 52 ans sans entreprises privées nationales, le gouvernement cubain a approuvé au début du mois la loi qui autorise ce que l’on appelle sur l’île les MPME (micro, petites et moyennes entreprises), une mesure qui avance vers des réformes économiques dans le pays.
Selon le nouveau règlement, les entreprises privées seront composées de « personnes physiques, résidents permanents à Cuba, âgés de plus de 18 ans », une exigence à prendre en compte par les émigrés cubains ou les étrangers intéressés à investir sur l’île.
Tandis que celles de l’État seront composées de « personnes morales ». Les MPME peuvent être privées, publiques ou mixtes, et les micros occuperont entre une et 10 personnes, les petites de 11 à 35 personnes et les moyennes de 36 à 100.
Nous recommandons : Amanac lance un test pilote d’un système de partage d’informations douanières. avec les lois en vigueur, ce qui signifie que ce sera par l’intermédiaire d’une société d’État qui agit comme intermédiaire dans ce commerce. Mais ils pourront « définir les produits et services à commercialiser, ainsi que leurs fournisseurs, clients, destinations et insertion sur le marché ».
Ils peuvent également fixer les revenus de leurs travailleurs, dans le respect des salaires minima fixés par la loi et peuvent « faire les investissements nécessaires à leur développement ».

De manière concise, le décret garantit que les MPME « ont accès aux fonds de financement mis en place pour elles », ce qui inquiète les économistes qui ont évoqué la nécessité d’une aide publique au développement.

Vingt-trois autres règlements régissent d’autres aspects de ces entreprises, ainsi que la formation de coopératives non agricoles et le travail indépendant (privé, individuel).
Les petites entreprises privées ont disparu à Cuba en 1968, lorsqu’elles sont intervenues par l’État dans ce qu’on appelle « l’offensive révolutionnaire », menée par Fidel Castro, qui a dirigé l’île dans le modèle communiste soviétique.
Mais la croissance du travail indépendant, légalisé dans les années 1990, a donné naissance à des petites entreprises qui fonctionnaient sans le cadre légal réglementaire qui est désormais adopté, après plusieurs années d’attente.