Canciller advierte a diplomáticos extranjeros que Cuba no permitirá marcha opositora

LA HAVANE, 11. Nov. Le ministère cubain des Affaires étrangères a convoqué mercredi des centaines de diplomates étrangers à une réunion et a accusé le gouvernement américain d’être l’instigateur d’un projet de manifestation de l’opposition que les autorités locales ont interdit.

La marche de protestation prévue lundi coïncidera avec la réouverture du pays après 20 mois de confinements en raison de la pandémie de coronavirus.

Le gouvernement socialiste a l’intention d’empêcher la répétition des plus grandes manifestations de rue depuis deux décennies qui ont surpris les responsables en juillet et qu’ils ont également imputées en partie aux sanctions économiques américaines et aux ennemis basés aux États-Unis.

“En aucun cas, nous ne permettrons à l’agression permanente des Etats-Unis (…) de générer des conditions de subversion interne (…) pour gâcher la fête”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez aux diplomates.

À partir de lundi, Cuba abandonnera la plupart des restrictions sur les vols commerciaux, la fréquentation scolaire, les transports, les restaurants et les magasins. Les cas quotidiens de COVID-19 ont considérablement diminué ces dernières semaines grâce à un programme de vaccination de masse.

Le gouvernement prévoit également de célébrer le 502e anniversaire de La Havane.

Rodriguez a déclaré que la manifestation de protestation prévue est une “opération” du gouvernement et des responsables des États-Unis pour se débarrasser du système cubain.

Il a déclaré que les sanctions américaines contre Cuba cherchaient à étouffer l’île, générant des protestations sociales et créant l’image d’un “État défaillant”, quelles que soient les “souffrances” causées à la population.

Aucun diplomate américain n’a assisté à la réunion. L’ambassade des États-Unis est ouverte depuis 2015, mais les opérations ont été fortement réduites sous l’administration de l’ancien président américain Donald Trump.

La marche de lundi a été annoncée par un groupe en grande partie en ligne appelé Archipelago, dirigé par le dramaturge Yunior Garcia Aguilera, qui a nié le financement ou la direction de l’extérieur de Cuba. Il a déclaré que la marche se veut pacifique et exige que les autorités libèrent les personnes arrêtées les 11 et 12 juillet et accordent davantage de droits humains.

Des milliers de Cubains sont descendus dans la rue en juillet, protestant contre les pannes de courant, les pénuries, les prix élevés et les longues files d’attente et dénonçant le gouvernement. Le gouvernement n’a pas précisé combien de personnes ont été détenues, mais certaines organisations de défense des droits humains ont déclaré que des centaines de personnes avaient été arrêtées ou avaient disparu après avoir participé.

Le gouvernement a temporairement coupé le service Internet mobile ; de nombreux manifestants avaient apparemment appris l’existence de manifestations sur les réseaux sociaux.

Le président Miguel Diaz-Canel a initialement répondu en blâmant les sanctions économiques américaines, l’impact économique de la pandémie de coronavirus et une campagne sur les réseaux sociaux menée par des groupes cubano-américains, bien qu’il ait par la suite reconnu une certaine responsabilité des dirigeants cubains.(https://themontrealtimes.com)