Coronavirus à Cuba : transports publics à l'arrêt, grands magasins fermés

LA HAVANE, 10 Avril (AFP)  “Nous allons stopper complètement tous les services de transport public dans le pays, étatiques ou non”, ce qui inclut les autocars et les taxis, a annoncé jeudi à la télévision publique le ministre des Transports, Eduardo Rodríguez.

Cuba en est pour le moment au stade d’une transmission autochtone limitée de la maladie et maintient seulement six zones du pays en quarantaine. Mais les autorités demandent à la population d’adopter un comportement de distanciation sociale.

“Trop de monde”

Le ministre de la Santé, José Portal, a récemment averti que l’épidémie pourrait prendre de l’ampleur, comme ailleurs dans le monde, et qu’il fallait intensifier la prévention. Malgré l’appel à rester chez soi et la restriction depuis samedi de la libre circulation aux seuls “travailleurs fournissant des services vitaux” et au transport de marchandises, il y a “des déplacements et trop de monde dans les transports publics“, a observé le ministre des Transports.

De son côté, la ministre du Commerce intérieur, Betsy Díaz, a annoncé la fermeture à compter de vendredi de “la vente dans les grands magasins” de La Havane pour “éviter les grands rassemblements” qui facilitent la contagion.

Longues files d’attente

Cuba importe la majorité de ses denrées alimentaires et connait souvent des pénuries en raison à la fois de l’embargo commercial imposé par les Etats-Unis,  du manque de liquidités et des retards pris dans la transformation d’un système économique à la soviétique.

La mise en vente de produits très demandés, comme le poulet ou les produits d’hygiène, suscitent de longues files d’attente. “Seuls les petits établissements continueront à proposer des produits” de première nécessité, a expliqué Mme Diaz.

De petits magasins seront aménagés par les municipalités “pour vendre des produits alimentaires, de toilette et d’hygiène” et des tournées de vente seront également organisées. La vente de boissons alcoolisées sera interdite dans les magasins d’alimentation qui devront réserver leurs rayons à la nourriture.