Une des plus belles avenues de Cuba

Une des plus belles avenues de CubaLA HAVANE, 12 Août La Quinta avenida (la 5e avenue) est la plus prestigieuse avenue de La Havane. Jadis appelée Avenida de Las Americas, elle n’a rien à voir avec sa sœur jumelle de Manhattan.

On n’y trouve aucun commerce au détail jusqu’au premier rond-point de la Copa.Uniquement des résidences somptueuses, converties en ambassades, dont celle, immense, de l’ancienne Union soviétique. Aucun panneau publicitaire pour distraire l’œil du conducteur et de son passager, qui n’en ont que pour la beauté du décor.

Sur ce véritable boulevard urbain, on doit rouler à soixante kilomètres sur la voie de droite et à quatre-vingts sur celle de gauche, avec totale interdiction de tourner à gauche. La congestion est plutôt rare.

Miramar, La Havane moderne

La 5e avenue traverse entre autres, le quartier Miramar qui a vu le jour autour de 1918, à la faveur de la montée du prix du sucre, suscitée par la Première Guerre mondiale. Les résidences millionnaires et autres palais ont commencé à essaimer des deux côtés de cette voie prestigieuse, sous l’impulsion de jeunes architectes fraîchement diplômés de la nouvelle École d’architecture de Cuba et influencés par la Renaissance italienne et française.

En sortant du tunnel, sous le fleuve Almendares séparant le quartier Vedado de celui de Miramar, on est frappé par le changement de décor. Un autre monde s’offre à nous, place à la verdure et aux arbres centenaires, dans un ordre totalement rectangulaire.

À la sortie du tunnel, on découvre, en premier lieu, la Fuente (fontaine) de las Americas, en marbre de Carare. Puis sur la droite, à l’angle de la 2e Rue, la Maison verte, dont le style s’apparente à la renaissance allemande. Après le décès de sa propriétaire qui vivait seule dans cette immense propriété, l’État en a fait l’acquisition et l’a restaurée pour en faire un centre d’études architecturales. La légende veut qu’elle refusât de vendre sa maison car elle cherchait toujours le trésor qu’on y avait soi-disant caché.

Lieu de promenade divertissant

Quelques rues plus loin, on retrouve la Tour de l’horloge, inaugurée en 1924. Elle compte quatre cloches dont le son reproduit celui de l’horloge Big Ben de Londres. Actuellement en réparation, on prévoit sa remise en fonction pour le 500e anniversaire de La Havane, l’an prochain.

Quelques kilomètres plus loin, la 5e Avenue change d’aspect. Un parc d’attractions, autrefois appelé Coney Island et portant maintenant le nom de Isla del Coco, fait encore la joie des enfants et de leurs parents, avec ses manèges dont certains, comme à la Ronde, suscitent des hauts cris. Juste à côté, un chapiteau immense abrite la troupe Trompoloco du Cirque de Cuba. Deux représentations sont offertes chaque jour. En face, la fameuse discothèque La Cecilia.

Vous roulerez ainsi sur plusieurs kilomètres jusqu’à arriver à Jaimanitas.
(www.journaldemontreal.com)