L’hôtel le plus haut de Cuba sera géré par les hôtels Accor

 L'hôtel le plus haut de Cuba sera géré par les hôtels Accor françaisLA HAVANE, 16 mai (DDC) La Torre Lopez-Callejas, le plus haut hôtel de Cuba dont le vrai nom n’a pas encore été révélé, sera gérée par l’hôtelier français Accor Hotels, selon des sources qui demandent l’anonymat.

Cette entité exercera également la gestion de l’hôtel Prado et Malecón, qui ouvrira ses portes en 2019.

La société française Accor Hotels exploite plus de 4 000 hôtels dans 90 pays et est présente à Cuba depuis 1995, où elle gère le Mercure Sevilla (La Havane), le Mercure Playa de Oro (Varadero) et le Pullman Cayo Coco (Ciego de Ávila). Les 1000 capacités sont dépassées à Cuba, qui sera doublée en 2022 si la Tour López-Callejas est terminée.

L’entreprise de construction française Bouygues Batiment Internacional (BBI) et l’Union des Constructions Militaires (UCM), appartenant à GAESA, seront responsables de la construction du nouveau gratte-ciel de Vedado, maintenant la politique d’embauche des opérateurs étrangers pour les travaux de construction.

Puisque la partie cubaine est engagée à 100% de l’investissement, employant hypothétiquement 500 travailleurs indiens et pakistanais, avec des salaires d’environ 2000 dollars par mois, pendant les quatre années de construction, Cuba devra payer pour ce concept de 50 millions de dollars .L'hôtel le plus haut de Cuba sera géré par les hôtels Accor

Un chiffre qui double le montant payé par la société Odebrecht-GAESA aux près de 6.000 travailleurs nationaux qui sont intervenus dans la construction du mégaport de Mariel entre 2010 et 2014.

Chose choquante, l’État cubain exporte les services de ses professionnels de la santé vers d’autres pays, obtenant des revenus bruts de l’ordre de milliards de dollars, alors qu’il est obligé d’importer des travailleurs qualifiés pour ceux qui paient des salaires 20 fois plus élevés que les travailleurs cubains, y compris les médecins eux-mêmes.

De cette façon, 50 millions de dollars quitteront l’île pour assurer le bien-être dans d’autres pays, tandis que les nationaux plongeront dans la misère à cause des bas salaires.

Lors de sa visite à Cuba en mai 2015, l’ancien président français, François Hollande, a clôturé le forum économique Cuba-France à l’hôtel Sevilla et a déclaré: « La coopération entre les deux pays devrait se traduire par des avantages et des progrès pour le peuple cubain quant aux Français, à travers les emplois que nous pouvons créer. « 

Évidemment, ce ne sera pas le cas pour le peuple cubain, rabaissé par les militaires que la plupart d’entre eux possèdent l’industrie touristique du pays.