La Havane ironise: «Trump n’a plus qu’à nous accuser du réchauffement climatique»

Donald Trump,Barack Obama,Bruno Rodriguez Parrilla,Cuba, La HavaneLA HAVANE, 21 Juin (Sputnik)Le président américainsur la libéralisation des relations avec La Havane.

Cette politique est contraire au pragmatisme prôné par le locataire de la Maison blanche et renvoie Washington aux postulats de la Guerre froide, affirme le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez Parrilla. Le chef de diplomatie souligne que La Havane reste ouverte au dialogue et espère que le réaliste en Trump prendra le dessus. Selon le site de la chaîne RT.

– Nous assistons aujourd’hui à une régression dans les relations entre Cuba et les USA. Vous avez dit que le gouvernement n’allait pas se résigner aux menaces et au chantage. Est-il possible d’aboutir à un consensus avec le gouvernement de Donald Trump, qui adopte actuellement une rhétorique très agressive?

– J’ai déjà dit que le gouvernement cubain était entièrement disposé au dialogue, à la coopération et aux négociations sur les questions bilatérales d’actualité tant que les principes de respect et d’équité prévalaient et tant qu’il n’y avait pas de menace à l’indépendance et à l’autodétermination.
– La politique des USA se distingue toujours par son pragmatisme. Personnellement, je ne perçois aucun pragmatisme dans les mesures annoncées dernièrement par le président américain. Je ne vois qu’une forte pression idéologique et un retour aux postulats de la Guerre froide.

— Il répète ce qu’ont fait les dix présidents avant lui, à l’exception des deux dernières années de la présidence d’Obama.

Je ne vois pas le moindre pragmatisme américain dans cette approche. Premièrement parce que le président actuel insiste sur des actions qui, comme il s’est avéré depuis 50 ans, conduisent au résultat inverse. Deuxièmement parce que la politique des années 1960 typique de la Guerre froide est menée dans un monde qui a complètement changé.

Néanmoins, il faut noter qu’il existe une certaine tendance historique inévitable vers la normalisation des relations avec Cuba. Les USA ne peuvent pas établir une politique efficace de relations avec l’Amérique latine et les Caraïbes sans normaliser leurs relations avec Cuba. L’Amérique ne deviendra pas plus grande si le président Trump insiste sur la violation des droits civils des Américains. Cela n’a pas de sens. L’interdiction aux citoyens américains de se rendre à Cuba est une régression totale.
De plus, cela affecte la création d’emplois ainsi que les capacités d’affaires des compagnies et des entreprises américaines, y compris vis-à-vis des concurrents étrangers — européens, russes, chinois.

On peut dire dès à présent que cette politique est vouée à l’échec, qu’elle va à l’encontre des tendances historiques et des tendances de la vie aux USA. Elle appelle à des méthodes inadéquates.

– Mais sur le plan technique, le dialogue entre Cuba et les USA se poursuit-il?

– Cela dépendra du gouvernement américain. Je n’ai rien entendu dans le discours du président Trump ni lu aucune proposition dans le décret présidentiel qui vient de paraître qui exclurait le dialogue ou la coopération ou demanderait de ne pas accomplir des accords bilatéraux signés plus tôt. Et de son côté Cuba est évidemment prête au dialogue et à la coopération — dans les conditions des positions divergentes sur les sujets déjà évoqués.

– D’après vous, au niveau personnel Trump sera-t-il capable de mener un dialogue basé sur le respect?

— Je ne sais pas. La question est très hypothétique. Les faits parleront d’eux-mêmes. Nous verrons ce qui va se passer. Le président actuel des USA, orienté sur les intérêts qu’il résume par la phrase «l’Amérique avant tout», les intérêts de ses électeurs et des citoyens américains qui ont voté pour lui, devrait comprendre que ce qu’il fait est contraire à tout cela.

– Et comptez-vous sur le soutien de l’Amérique latine? Après tout, Trump mène aujourd’hui une rhétorique très agressive, même s’il disait auparavant qu’il s’occuperait avant tout des affaires intérieures des USA.

– Il y a une immense polémique internationale, et il existe déjà une réponse déterminée et claire de la communauté internationale — pas seulement en Amérique latine et dans les Caraïbes mais également au niveau international. Je connais déjà la position de la Russie. Les gouvernements de certains pays d’Europe et d’Amérique latine ont déjà exprimé leur point de vue.
L’un des facteurs qui avait poussé le président Obama à renouer le dialogue avec Cuba était un consensus solide et unanime des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, qui ont prôné la fin du blocus économique de Cuba et ont dénoncé son exclusion des processus politiques internationaux.

– Dans son discours, le président Trump a accusé Cuba de nombreux problèmes, y compris de l’aggravation de la crise au Venezuela. D’après vous, une telle déclaration est-elle fondée?

— Pour reprendre l’expression du président Trump, je dirais que son discours rappelle une «chasse aux sorcières». Il a accusé Cuba de pratiquement tous les maux de la planète. Il ne lui reste plus qu’à nous accuser du réchauffement climatique — simplement il ne le reconnaît pas. Cependant, pour tout le reste, c’est évidemment Cuba qui est responsable.