Des escargots géants africains prolifèrent dans la région de Miramar

Des escargots géants africains prolifèrent dans la région de MiramarLA HAVANE, le 2 décembre Les escargots géants africains (Lissachatina fulica) ont été signalés pour la première fois à Cuba en 2014 dans la municipalité d’Arroyo Naranjo , qui était auparavant inconnue de l’île.

Un article plus récent publié dans la source d’information en langue espagnole, La Jornada (ordinateur traduit), des milliers d’escargots ont été signalés dans le parc métropolitain de La Havane.

Jeudi, Outbreak News Today a été informé par une source qu ‘ »ils prolifèrent dans la région de Miramar, à proximité de Calle 30 et Avenida 7″, dans la zone des ambassades à environ 10-12 km de La Havane centrale.

L’escargot géant africain est originaire d’Afrique de l’Est, en particulier dans les régions du Kenya et de la Tanzanie, bien qu’il se soit propagé en Asie et en Amérique.

Comment sont-ils arrivés à Cuba? Les experts ne sont pas sûrs.

« Nous ne connaissons pas les véritables causes de son arrivée à Cuba, mais il a pu le faire pour des raisons culturelles, ornementales ou religieuses, qui ont motivé l’entrée dans le pays », a déclaré Dpa Michel Matamoros Torres, chercheur à l’Institut. pour la recherche phytosanitaire (INISAV). .

Dans les champs affectés il y a plusieurs théories, d’une personne qui les élevait comme animaux domestiques et ils se sont échappés à l’élément décoratif et la version la plus répandue: qu’ils sont arrivés à l’île pour les utiliser dans des rites santeros d’origine africaine.

« Nous ne pouvons pas dire que la religion a quelque chose à voir avec l’escargot géant africain, bien que nous ayons certains éléments qui nous font penser qu’ils peuvent être eux, c’est pourquoi nous alertons les religieux », dit prudemment Matamoros.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) l’inclut dans la liste des 100 espèces nuisibles les plus envahissantes au monde, en plus de la considérer comme le principal vecteur du monde d’Angiostrongylus cantonensis, responsable de la méningite éosinophilique chez l’homme.

Ceci est une infection parasitaire chez les rats où il arrive à maturité. Les mollusques comme les escargots et les limaces capturent les larves d’Angiostrongylus en les ingérant dans des excréments de rats.

L’infection par ce parasite se produit par ingestion accidentelle ou intentionnelle d’escargots et de limaces crus. La laitue et d’autres légumes à feuilles peuvent également être une source si contaminé par de petits mollusques.

Manger des crevettes crues ou insuffisamment cuites et des crabes qui ont ingéré des mollusques peut également être une source d’infection. Pour plus de nouvelles et d’informations sur les maladies infectieuses, visitez et «aimez» la page Facebook des Nouvelles sur les maladies infectieuses

L’infection à Angiostrongylus cantonensis est habituellement asymptomatique ou légèrement symptomatique. Les symptômes apparaissent généralement dans 1-3 semaines. La maladie la plus grave est la méningite à éosinophiles. Les symptômes peuvent inclure des maux de tête, une raideur de la nuque, des picotements ou des sensations douloureuses dans la peau, de la fièvre légère, des nausées et des vomissements.

Les symptômes peuvent durer des semaines ou des mois. Le liquide céphalo-rachidien présente une éosinophilie de plus de 20%. Les décès sont rarement signalés.

La prévention de ce nématode consiste à ne pas manger d’escargots ou de limaces crus ou insuffisamment cuits, à cuire les crabes et les crevettes pour tuer les larves et à bien nettoyer la laitue et les autres produits.