El Floridita, berceau du daiquiri, ouvrira une franchise au Mexique

El Floridita, berceau du daiquiri, ouvrira une franchise au MexiqueLA HAVANE, 30 janvier Une réplique du bar bicentenaire et restaurant cubain « El Floridita » ouvrira ses portes au Mexique dans la première moitié de l’année, suite à la signature ce lundi à La Havane d’un contrat qui accorde la première franchise à reproduire le établissement emblématique de la capitale aztèque.

Les entreprises cubaines Palmares et Grupo M, au Mexique, ont accepté la création d’El Floridita dans un lieu central, situé à environ deux kilomètres de la populaire basilique de Guadalupe, à Mexico, selon un rapport de l’agence publique ACN.

Le directeur de la franchise Palmares, Angel Fernandez, a expliqué que l’objectif de l’accord est de rendre la réplique « authentiquement » cubaine et à cette fin, le personnel qui servira dans la nouvelle Floridita sera chefs, chefs, baristas et maîtres de la île ou formé par eux à La Havane.

« Nous voulons voir, sentir et sentir Cuba à cent pour cent et garder sa saveur dans tous les sens, a déclaré le propriétaire du Groupe M, Eduardo Gómez.

L’homme d’affaires mexicain a dit que l’idée est de « reproduire » le bar situé dans la Vieille Havane depuis 1817 avec des meubles, des motifs, des couleurs, des façades et des décorations similaires dans le nouveau bâtiment.

El Floridita, berceau du célèbre daiquiri, est l’un des établissements gastronomiques les plus visités par les touristes de la capitale cubaine.

Ce cocktail – mélange de rhum, de jus de citron, de sucre, de glace panée et de quelques gouttes de liqueur de marasquin – était l’un des favoris de l’écrivain américain Ernest Hemingway, immortalisé dans une statue en bronze reposant sur un coin du bar.

Ses gestionnaires comptent pour l’accueil de quelque 250 000 clients annuels, principalement des Américains visitant le pays des Caraïbes.

Le groupe Palmares a plus d’une douzaine d’autres franchises de ses bars et restaurants renommés tels que Bodeguita del Medio, célèbre pour les mojitos qui ont également enchanté Hemingway, ou Gato Tuerto, reproduit dans divers pays, dont le Mexique.