Cuba va réduire le secteur privé alors que de nouvelles règles commencent en décembre

Cuba va réduire le secteur privé alors que de nouvelles règles commencent en décembre

REUTERS/Alexandre Meneghini/File Photo

LA HAVANE, 10 juillet (Reuters) Cuba va restreindre les licences commerciales à un par personne en vertu des nouvelles réglementations du secteur privé qui entreront en vigueur en décembre trop loin et alimentent l’inégalité.

Les changements tant attendus, qui doivent être publiés mardi, interviennent après que le Parti communiste au pouvoir a admis avoir commis des erreurs dans la mise en œuvre des réformes économiques introduites par Raul Castro après son remplacement de son frère Fidel en 2008.

Beaucoup de Cubains sont frustrés par le ralentissement du rythme des réformes ces dernières années et croient que La Havane n’est pas vraiment déterminée à donner un plus grand rôle au secteur privé et à l’investissement étranger.

L ‘économie a eu du mal à croître avec la baisse des subventions du Venezuela, le resserrement de la réglementation américaine en matière de commerce et de voyages, la baisse des exportations et l’ impact de diverses tempêtes.

Une personne possédant plusieurs entreprises était « éloignée des principes qui soutiennent la politique approuvée », a déclaré la vice-ministre du Travail, Marta Elena Feitó Cabrera, cité par le journal Granma du parti communiste au pouvoir, sans donner plus de précisions.

Certains entrepreneurs cubains ont déjà signé des noms de commerce avec des parents ou des amis de confiance dans l’attente des changements de règles annoncés par le gouvernement l’année dernière.

Le nouveau règlement est la première annonce politique majeure depuis que Miguel Diaz-Canel a pris ses fonctions de président en avril après la démission de son mentor Raul Castro, bien qu’ils aient été examinés depuis longtemps. Reuters a rapporté un projet similaire aux règlements approuvés en février.

Selon les nouvelles règles, le nombre de catégories de travailleurs indépendants sera réduit en nombre, selon Granma, dans le but de réduire la bureaucratie.

Le nombre de travailleurs indépendants a presque quadruplé à plus de 591 000 depuis 2010, soit environ 13% de l’effectif total, selon le journal.

Les efforts de l’île des Caraïbes pour réduire sa masse salariale et stimuler la croissance en encourageant l’entreprise privée ont suscité un débat plus large sur l’accumulation de la richesse et la montée des inégalités.

Les revenus de certains propriétaires d’entreprises privées éclipsent le revenu modeste de la plupart des indépendants et les maigres salaires du secteur public cubain.

Le gouvernement s’est également plaint des entrepreneurs qui évitaient les taxes et achetaient des marchandises sur le marché noir. Les nouvelles règles augmentent les contrôles pour empêcher de telles malversations.

La Gazette officielle publiera 20 normes juridiques regroupées en plusieurs décrets, ainsi que 14 résolutions complémentaires, a précisé M. Granma, détaillant les détails apparus lors d’un briefing avec des responsables gouvernementaux.

Le règlement entrera en vigueur 150 jours après leur publication, écrit-il, à quel point le gouvernement débloquera la délivrance de licences pour les 27 catégories de travailleurs indépendants pour lesquels il a suspendu de nouveaux permis en août dernier.

Le nombre de catégories d’entreprises du secteur privé autorisées passera de 123 à 123 auparavant, a indiqué M. Granma.

Feitó Cabrera a toutefois déclaré qu’aucune activité n’était éliminée, ils étaient simplement regroupés en catégories plus larges.