Le navire américain Victory I arrive pour la première fois à La Havane

Le navire américain Victory I arrive pour la première fois à La HavaneLA HAVANE, le 3 mai Le navire américain Victory I a fait aujourd’hui son escale inaugurale au terminal de croisière de la Sierra Maestra dans cette capitale, un échantillon de l’image favorable croissante de l’île en tant que destination sûre.

Le navire, appartenant à la compagnie Victory Cruise Lines, est le premier de la compagnie à accoster dans le port de la plus grande des Antilles, a une capacité de 200 passagers et son voyage insulaire a commencé dans la province orientale de Santiago de Cuba.

Plus tard, il a visité les villes de Sancti Spiritus (Trinidad), Cienfuegos et a conclu sa tournée de La Havane pour enfin se diriger vers Miami (USA).

Victory Cruise Lines est la cinquième compagnie américaine à mener des opérations à Cuba, malgré le blocus économique, commercial et financier que Washington a imposé à La Havane depuis plus de 55 ans.

Dans une conversation avec Prensa Latina, le président de la compagnie, Bruce Nierenberg, a expliqué que depuis la fondation de la compagnie maritime, fin 2015, ils avaient toujours eu l’intention de considérer Cuba comme destination.

Parmi les raisons mentionnées pour cette décision, Nierenberg a souligné la proximité des États-Unis, et les particularités du navire pour faire des voyages le long des côtes. Il a également noté que le temps de séjour dans chaque ville permet de visiter les lieux.

Avec un itinéraire d’environ neuf jours, c’est une variante du voyage qui permet d’apprécier l’île, en passant plusieurs jours dans chaque ville, a-t-il ajouté ajoutant que les passagers veulent connaître la culture, l’histoire et la gastronomie du pays.

Nierenberg a souligné que le plus grand avantage de ce type d’itinéraire est reçu par les petites communautés où les bateaux accostent.

Le navire est arrivé à La Havane exactement deux ans après le premier navire de croisière américain en plus d’un demi-siècle pour accoster dans le port de La Havane, marquant une nouvelle étape dans les relations bilatérales.

Le scénario a changé radicalement après que Donald Trump est devenu président. Washington a reculé dans le rapprochement entre les deux nations, bien que l’industrie des croisières n’ait pas été aussi touchée.

« Nous sommes deux pays qui devraient être jumelés, il n’y a aucune raison pour que les deux nations ne s’entendent pas, nous ferons tout notre possible pour unir nos peuples », a-t-il ajouté.

Nierenberg a déclaré que son entreprise soutient le rapprochement entre les deux gouvernements et a exhorté Washington à changer sa position sur Cuba. «Nous voulons participer de manière constructive, si les politiciens le suivent, c’est bien, mais je peux dire qu’il y a des millions de personnes des deux côtés qui veulent mieux se connaître», a-t-il déclaré.

Le voyage de 14 jours est pour les clients qui veulent profondément apprécier l’histoire et la culture de l’île, de sorte que la plupart de leurs clients sont des personnes âgées. « Cuba sera la plus grande destination de croisières au monde et il n’y aura aucun doute qu’il y aura plus de croisières chaque année que dans n’importe quel autre port de la planète », a déclaré Nierenberg.

À l’heure actuelle, les compagnies américaines Carnival Cruise Lines, Royal Caribbean, Norwegian et Pearl Seas organisent des croisières vers Cuba avec des résultats bénéfiques, malgré les limitations imposées par l’embargo américain sur Cuba.

Cuba a connu une croissance exponentielle des visiteurs par croisières depuis l’ouverture de ce type de voyages, atteignant 380 000 visiteurs à travers cette modalité jusqu’en novembre de l’année dernière.

La Victoire restera dans le port de La Havane jusqu’au samedi, et retournera à l’île des Caraïbes à la fin d’octobre, puis en novembre et janvier.